• 30 janvier 2018

    Mémoire de fin d'études de Cyrielle MAISON : "Accompagnement de défenseur·e·s des droits humains et réseaux de solidarités transnationaux. Étude de cas des Brigades de Paix Internationales au Guatemala." Janvier 2018

    Résumé : Ce mémoire met en lumière le travail effectué par une organisation non-gouvernementale, les Brigades de Paix Internationales (PBI). Depuis 35 ans, les PBI accompagnement les défenseur·e·s des droits humains guatémaltèques qui voient en cette organisation la possibilité de ne pas se sentir seuls face aux attaques, au harcèlement, aux intimidations et, parfois même, aux tentatives d'assassinats et de pouvoir faire appel à de nombreux réseaux de solidarités transnationaux.


    Dirigé par Marie-Laure GEOFFRAY - Maîtresse de conférences en science politique à l’IHEAL

    MASTER DE L’UNIVERSITÉ SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3

  • 28 décembre 2017

    La terre fait partie de l'identité et de la culture de toutes les communautés du monde et, en même temps, elle est à l'origine de nombreux conflits, en raison de la diversité des intérêts qui y sont présentés. Pour cette raison, nous analysons que la terre est au centre de plusieurs des problèmes vécus par les gens que PBI accompagne. En racontant leur histoire, nous visons à revendiquer leurs luttes et à encourager la solidarité internationale pour les protéger.

    La lutte pour la terre des communautés constitue chaque jour un nouveau défi, notamment à cause des acteurs armés qui cherchent le contrôle territorial et des intérêts économiques pour exploiter les ressources naturelles sans restriction. De nombreuses communautés ont traversé des décennies de procédures, de pressions, de menaces et attendent toujours la restitution de leurs terres. PBI  accompagne à la fois ces processus de résistance communautaire et les collectifs d'avocats et d'organisations de défense des droits humains qui représentent les communautés dans la défense de leurs territoires.

    Ce qui les unit, c'est l'amour de leur terre, le lien qu'ils ressentent avec leur territoire et une foi profonde en la justice sociale, l'équité et la recherche de sociétés pacifiques. En ce sens, PBI souligne le travail fondamental de chaque personne qui se consacre, d'une manière ou d'une autre, à la défense de la terre, du territoire et des droits humains ; ce sont des personnes qui font face à une situation sécuritaire chaque jour plus complexe à cause du travail qu'elles accomplissent, mais qui le font avec courage et dignité.

    Cette publication est un hommage à ces individus et collectifs qui continuent malgré tout à défendre la nature, leur culture et leur patrimoine pour les générations futures. Nous abordons le problème de l'inégalité foncière et de son utilisation excessive en Colombie, avec des exemples concrets de personnes et d'organisations que nous  accompagnons dans différentes régions du pays, en soulignant les défis auxquels elles font face jour après jour dans leur travail. Nous contextualisons ce panorama avec des exemples d'autres projets PBI en Amérique latine et sur le continent africain.

    Nous sommes convaincu.e.s qu'une profonde compréhension des dynamiques autour de la terre et du territoire nous guidera dans la conception et la création de sociétés plus justes, ainsi que dans l'élaboration de mesures de protection intégrale pour celles et ceux qui défendent la terre, l'eau et la vie.

    Rapport disponible en espagnol et en anglais

     

  • 30 mars 2013

    A travers ce rapport, les Brigades de Paix Internationales ont souhaité faire un retour sur leur travail en faveur de la paix et des droits de l’Homme dans les nombreux pays qui ont accueilli et accueillent leur intervention depuis maintenant trente ans. Mais elles ont surtout voulu rendre hommage aux femmes mexicaines défenseures des droits humains, et particulièrement à celles qui ont contribué à l’évolution sociale de leur pays. L’engagement courageux et la persévérance, dont elles ont fait preuve au fil des années, leur ont permis d’avancer sur le chemin difficile de l’accès aux droits pour tous. Ainsi, il nous a semblé important de mettre en lumière le rôle exceptionnel que ces femmes ont joué et continuent de jouer dans la société mexicaine.

    La traduction de cet ouvrage au français avait été rendu possible grâce au soutien du fonds « Barreau de Paris Solidarité » en mars 2013.