«Chaque fois c’est la même chose, à l’approche de la date anniversaire de Pasta de Conchos on vient me chercher pour que je raconte une fois de plus pourquoi je ramasse des déchets… Ce n’est pas un loisir. Mon fils vivait avec moi et me soutenait financièrement […] C’est à cause des autorités que je travaille à la déchetterie depuis la mort de mon fils.

L’énième report du procès de l'ancien dictateur guatémaltèque José Efraín Ríos Montt, qui devait s'ouvrir lundi 5 janvier 2015, représente une menace pour le droit des victimes à la justice.

Depuis le 18 octobre 2012, le gouvernement de Juan Manuel Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) sont officiellement à la table des négociations pour tenter d’arriver à un accord qui marquerait la fin d’un conflit armé qui aura duré plus de 50 ans et qui, selon le dernier rapport du Centro Nacional de Memoria Histórica (CNMH) récemment remis au Président Santos, aura provoqué entre 1958 et 2012, plus de  220.000 assassinats, dont 80% parmi les civils.

S'abonner à Droits des victimes