A l'occasion du Sommet International des Défenseur.e.s des Droits Humains (DDH) qui s'est tenu à Paris les 29, 30 et 31 octobre, nous avons réalisé des entretiens avec quatre défenseur.e.s accompagné.e.s par PBI. L'occasion de revenir sur leurs impressions quant à ce sommet mais aussi sur leur combat et leurs espoirs pour l'avenir.

 

Jeudi 14 novembre 2019, PBI France organise une conférence dans le cadre de la venue de la défenseure des droits humains hondurienne Esdra Sosa Sierra.

En compagnie de Sebastien Tuller (Amnesty International France), cette conférence permettra de parler de la discrimination, criminalisation et répression dont sont victimes les personnes LGBTIQ+ au Guatemala, Honduras et Salvador. Les intervenant.e.s parleront aussi de résistance et de la lutte pour atteindre et/ou faire respecter les droits des LGBTIQ+.

A l’occasion de la journée internationale des victimes de disparitions forcées, PBI souligne les défis auxquels les victimes de disparitions forcées doivent faire face et célèbre leur combat en faveur de la justice.

Le 29 juin 2016, la Cour supérieure de justice guatémaltèque a exigé que les travaux de construction de la mine d’or et d’argent de La Puya soient définitivement interrompus. Les juges ont en effet unanimement estimé que l’octroi du permis d’extraction constituait une violation des droits de la population locale.

L'observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'homme publie un rapport sur le phénomène préoccupant de la criminalisation des défenseurs des droits humains en Amérique latine, la plupart du temps en lien avec des projets industriels et d'extraction des ressources naturelles.

Le rapport s'intéresse à huit pays d'Amérique latine, dont le Mexique, la Colombie, le Honduras et le Guatemala, pays où PBI accompagne de nombreux défenseurs victimes de criminalisation.

Projection-débat dans le cadre du festival latino-américain à la La Parole errante à La Maison de l'arbre au mois d'octobre. 

Ce documentaire de 25 minutes suit quatre femmes et hommes qui luttent pour la défense de la terre et du territoire dans le contexte d'investissements européens à grande échelle en Colombie, au Mexique, au Guatemala et au Honduras. Les défenseurs de la terre et du territoire en Amérique latine travaillent dans un contexte très dangereux et risquent quotidiennement leur vie et leur liberté.

L’énième report du procès de l'ancien dictateur guatémaltèque José Efraín Ríos Montt, qui devait s'ouvrir lundi 5 janvier 2015, représente une menace pour le droit des victimes à la justice.

En mai 2013, Ríos Montt, ancien dictateur du Guatemala, avait été reconnu coupable de génocide et crimes contre l’humanité. Toutefois, la condamnation fut annulée quelques jours plus tard pour vice de procédure. Début 2015, le procès a entamé une nouvelle phase. En effet, le 5 janvier dernier, le procès à l’encontre de Ríos Montt et d’un ancien chef de service secret, José Mauricio Rodríguez Sánchez, a été reconduit devant la Cour d’appel.

Pages

S'abonner à Guatemala