Manon Yard, une volontaire française de PBI Mexique nous raconte ses 9 mois passés à Chihuahua, au Nord du Mexique.

Me revoici, à très exactement 9 mois de mon arrivée au Mexique, pour vous donner quelques nouvelles...

Il y a un mois, PBI Mexique a présenté son nouveau bulletin thématique intitulé "Paix au Mexique? Stratégie de sécuritaire et droits humains." À contre-courant du discours officiel, PBI explique que durant les deux premières années de fonction d'Enrique Peña Nieto,  il n’a pas été constaté de réelle amélioration de la situation au Mexique.

Situation à Guerrero

PBI exprime sa profonde préoccupation pour la sécurité du Centre des droits de l’Homme de la Montagne Tlachinollan, accompagné depuis 2003, et des autres organisations et personnes défenseures des droits de l’Homme, en particulier la Red Guerrerense de Organizaciones Civiles de Derechos Humanos et le Centre régional des droits de l’Homme José Maria Morelos y Pavon, qui accompagnent les étudiants de l’Ecole normale rurale « Raul Isidros Burgos » d’Ayotzinapa et les familles des 43 étudiants dispa

PBI : Vous avez intégré le poste de Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme il y a peu (en juin 2014). Avez-vous déjà identifié des priorités pour ces prochains mois (par zone géographique ou par thématique) ? Avez-vous des visites-terrain déjà programmées ?

Après avoir été contrainte de fermer son projet en Indonésie en 2011, Peace Brigades International va lancer, d'ici à la fin 2014, un projet pilote dans le pays. En partenariat avec l’organisation indonésienne des droits de l'Homme Elsam, PBI a conçu un programme de formation pratique de plusieurs mois pour les activistes défenseur.e.s des droits humains, dans le but de renforcer leurs compétences et leurs pratiques, et d’augmenter leur sécurité.

Mexico D.F., 28 août 2014 – Dans un rapport dédié aux disparitions au Mexique, Human Rights Watch (HRW) a documenté 249 cas de disparitions, concluant que 149 d’entre eux constituaient des « disparitions forcées dans lesquelles des membres des forces de sécurité publique ont participé ».

Isabel Turuy Patzan est maire communautaire et originaire de la communauté El Pilar II, qui se trouve dans la municipalité de San Juan Sacatepéquez, située à une trentaine de kilomètres de la capitale Guatemala. Agé de 32 ans, il est devenu, depuis 2009, le porte-parole des douze communautés de San Juan Sacatepéquez, qui comptent près de 60 000 habitants en majorité mayas kaqchikeles dont 80% vivent de l’agriculture. Isabel est lui même floriculteur, spécialisé dans la production de roses.

Le 8 juillet 2014, l’organisation Código-DH a reçu, à son bureau, un appel téléphonique menaçant les membres de l'organisation en raison des procédures pénales qu’ils poursuivent pour soutenir les opposants au méga-projet éolien qui met en péril l’existence des communautés autochton

PBI Kenya vient de publier une analyse contextuelle de la situation politique et des droits humains au Kenya, afin d’identifier les besoins et les défis des défenseur.e.s des droits humains (DDH) qui travaillent dans ce contexte. Il présente également la méthodologie et la manière dont PBI travaille.

Ce rapport identifie, entre autres, les champs de travail les plus dangereux pour les DDH.

A l'occasion des 10 ans des Lignes directrices de l'UE sur les défenseurs des droits de l'Homme, PBI a laissé la parole à Stella Zervoudaki (Ambassadrice de l'UE au Guatemala), Franklin Castaneda (Président du Comité de solidarité avec les prisonniers politiques en Colombie), le Père Alejandro Solalinde et Miguel Angel Vasquez de la Rosa, tous deux activistes des droits humains au Mexique. 

Pages

S'abonner à Défenseur.e.s des droits humains