Catatumbo veut dire en langage indigène Bari: zone d’éclairs; et c’est peut-être bien le ciel qui tombe sur la tête des habitants de cette région de 11 municipalités à la frontière est de la Colombie. Nous tenterons de vous ouvrir une lucarne sur les dynamiques qui oppressent les civils de cette région. Ils et elles vivent en tenailles au cœur d’enjeux politico-économiques ; et acteurs armés et les défenseur.e.s des droits humains qui paient cher le prix de la justice.

Conférence le mardi 2 octobre à 19h au CICP (1er étage, salle verte)

 

La section française des Brigades de Paix Internationales est heureuse d’accueillir trois défenseur.e.s latino-américains le mardi 2 octobre pour une conférence sur le thème : "Défendre les droits humains en Amérique latine: regards croisés Mexique-Honduras-Colombie"

Alors que le Guatemala a célébré en 2016 les 20 ans des Accords de Paix, la situation des défenseurs des droits de l’Homme y est encore très préoccupante. En Colombie, les attaques contre les défenseurs ne cessent d’augmenter depuis la résolution des négociations de paix entre le gouvernement et les FARC.

En partenariat avec PBI-France, la députée socialiste Françoise Duma, membre du groupe d'amitié France-Colombie, a ardesé une question écrite au Ministère des Affaires étrangères concernant l'augmentation des assassinats de défenseur.e.s des droits humains en Colombie. 

En partenariat avec PBI-France, la sénatrice communiste Laurence Cohen a adressé une question écrite au Ministre des Affaires étrangères (MAE) sur le rôle de la France dans le processus de paix en Colombie.

La construction de la paix menacée par les assassinats de défenseurs des droits humains et leaders sociaux

Dans un contexte de démobilisation de la guérilla des FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) et de mise en application de l'accord final de paix, les assassinats de défenseurs des droits humains et leaders sociaux continuent en Colombie.

La remise du prix Nobel de la paix doit consacrer l’application effective de l’accord de paix en Colombie.

Le président colombien Juan Manuel Santos recevra ce samedi 10 décembre 2016 le prix Nobel de la paix pour ses « efforts déterminés » qui ont abouti à la ratification du nouvel accord de paix le 1er décembre.

Reinaldo Villalba est membre du Collectif d’Avocats José Alvear Restrepo (CCAJAR), une organisation reconnue au niveau national et international qui défend depuis plus de 35 ans les droits humains et lutte contre l'impunité en Colombie.

PBI Colombie apporte son soutien aux milliers de personnes qui ont manifesté ces derniers jours dans de nombreuses villes du pays en faveur de la construction de la paix et de la justice sociale en Colombie, et qui demandent une solution face à l'incertitude dans laquelle est plongé le pays depuis la victoire du "non" au référendum du 2 octobre dernier.

PBI Colombie a demandé aux personnes accompagnées ce qu’elles pensaient des accords de paix et comment, selon elles, la situation pourrait changer dans le pays. Elles nous parlent de leurs attentes et de leurs espoirs face aux accords de la paix avec les FARC mais aussi des risques qui demeurent dans certaines régions.

Julia Adriana Figueroa Cortes, Colectivo de Abogados Luís Carlos Pérez (Collectif d’avocats Luís Carlos Pérez)

Pages

S'abonner à Colombie